A la rencontre de Laetitia de Zelles

Hello, qui dit jeudi, dit nouveau rendez-vous auteur. L’autrice mise à l’honneur, aujourd’hui, est Laetitia de Zelles.

Bonjour à toi, Laetitia, comment tu vas en ce moment ?

Laetitia : Plutôt bien, merci. Et toi ?

Très bien merci. Je suis très contente de passer un petit moment en ta compagnie. Let’s go pour découvrir qui se cache derrière Laetitia de Zelles et ton travail.

Peux-tu te décrire avec 2 qualités et 2 défauts qui te qualifient le plus ?

Laetitia : altruiste, perfectionniste, hypersensible, impatiente ; les deux du milieu étant autant des qualités que des défauts, je te laisse faire le tri lol

Quel est ton parcours professionnel ?

Laetitia : Dans les grandes lignes, je suis devenue professeur des écoles, après mes études universitaires. Après 15 ans de bons et loyaux services en tant qu’enseignante et directrice d’école, un burn out et deux rechutes, j’ai décidé de quitter l’Education Nationale. J’avais déjà un roman publié et un deuxième en passe de l’être, à ce moment-là. Depuis, je poursuis ma carrière d’écrivain, tout en offrant mes services de coach et d’accompagnatrice à l’édition.

D’où t’est venue la motivation d’écrire ton premier roman ?

Laetitia : Ce premier roman a été ma bouée quand je sombrais. Je l’ai écrit alors que j’étais au plus mal, à la suite de mon burn out. Je pense que l’expression « un mal pour un bien » est très utile, ici.

Pourquoi avoir choisi de devenir une autrice hybride ? En es-tu satisfaite ?

Laetitia : Je n’ai pas vraiment choisi de le devenir. On va dire que cela m’est tombé dessus. Mon recueil de nouvelles n’était pas prévu au programme ; je l’ai rédigé pour faire patienter les gens en attente du tome 2. Finalement, il m’a permis de mettre un pied dans l’autoédition. Et c’est tant mieux, car c’est ainsi que je n’ai pas eu peur de publier le tome 2 de ma saga par le même biais. J’en suis satisfaite aujourd’hui, d’autant plus que ça ajoute une corde à mon arc pour mon activité de coach. 

De quelle manière te viennent tes idées ? Une petite anecdote à nous confier sur comment est né Toy boys ?

Laetitia : Les idées me viennent prioritairement sous la douche, quand je fais le ménage, ou quand je suis en voiture… très pratique donc. Elles apparaissent comme des visions, d’un coup ; un peu comme dans la série Phénomène Raven.

Toy Boys est né après ma lecture de 50 nuances de Grey et After. J’avais aimé mes lectures, mais je trouvais les héroïnes peu représentatives des filles de notre époque. Du coup, l’idée d’une jeune femme qui serait l’antithèse d’Anastasia Steele m’est venue. Eléa était née. Clarisse et Milan ont suivi juste après.

Comment as-tu choisi le lieu et les prénoms de tes personnages ?

Laetitia : J’aime tellement ma région qu’il était évident pour moi que cette saga se passerait dans le Sud-Ouest. J’ai donc choisi en priorité Bordeaux, Agen et le Pays basque, qui sont des endroits très chers à mon cœur.

Pour le prénom Eléa, c’est très simple : si j’avais eu une fille – et non pas mon petit garçon – elle se serait appelée ainsi. Pour Milan, j’ai fait une anagramme (plus une lettre) du prénom de celui qui m’a inspiré le personnage ; un certain Liam 😉

Comment organises-tu ton quotidien entre vie personnelle et vie professionnelle d’autrice ?

Laetitia : Je tâtonne encore, sur ce sujet. Difficile de travailler à la maison, avec un enfant unique et un compagnon avec des horaires compliqués… J’établis donc des plannings, selon que mon fils est en période scolaire ou en vacances, qui indiquent mes créneaux de travail. Je pensais que l’aménagement d’une pièce de la maison en bureau m’aiderait à avoir toute l’intimité que je souhaite… On va dire que j’en ai obtenue une partie…

Comment retiens-tu toutes tes idées pour différents romans ?

Laetitia : J’ai un carnet où je note toutes les idées qui me viennent pour de futurs projets. Et quand j’entame un nouvel écrit, ou que je décide de commencer à le développer alors que je travaille sur un autre, je débute également un nouveau carnet où je note tout ce qui émerge dans ma tête. Et comme ma tête ne se repose jamais, j’ai beaucoup de carnets entamés.

Ecris-tu plusieurs romans en même temps ?

Laetitia : En pratique non car, quand je travaille sur un manuscrit, il n’y a que lui qui compte. Mais cela ne m’empêche pas de préparer d’autres projets en parallèle. Par exemple, en ce moment, je termine l’écriture de ma romance de Noël, tout en relisant le premier tome de ma saga. Ainsi, les grandes lignes du spin off de Toy Boys se dessinent de manière très lisible, alors que les personnages de mon manuscrit commencent à préparer la dinde et la bûche.

A quel personnage d’identifies-tu le plus ? et à contrario, le moins ?

Laetitia : A vrai dire, il y a un peu de moi dans chacun d’eux. Mais le personnage qui me ressemble le plus est Krystal, l’héroïne de ma romance de Noël à paraître. Déjà, nous faisons le même métier, et puis ses angoisses et sa loyauté font aussi parties de moi. S’il faut choisir dans Toy Boys, je dirais Clarisse, pour son vocabulaire parfois grossier, son dynamisme et sa volonté de comprendre autrui. En revanche, je n’ai rien en commun est Nico, personnage secondaire de la duologie Miléa (Milan+Eléa), qui aura une place importante dans le spin off de Toy Boys. Par contre, je ne peux pas en dire plus sur le pourquoi.

Et donc la question qui fâche, qui est ton personnage préféré ?

Laetitia : Très difficile de choisir ! Probablement Niels, le meilleur ami de Krystal dans ma romance de Noël. J’aime sa dévotion, son aisance et sa bonté d’âme. Là encore, s’il faut choisir dans Toy Boys, je dirais Xabi, pour son côté joueur, rieur et compréhensif. J’ai un truc avec les meilleurs amis, apparemment !

Retrouve-t-on une part de ton histoire dans tes œuvres ?

Laetitia : On retrouve des lieux, des aliments que j’aime manger… que des choses anecdotiques. Ce que vivent mes personnages n’est que pure fiction. Mon histoire est visible à travers les chansons que je choisis pour illustrer les chapitres de mes romans, mais je suis la seule à en connaître la signification…

Si tu avais un conseil à donner à une autrice ou un auteur qui veut se lancer dans l’écriture de son premier jet, lequel serait-ce ?

Laetitia : « Oublie que tu as aucune chance, vas-y, fonce ! » (Désolée, j’ai des références de beauf ; ici, Les Bronzés font du ski ; pardon). Plus sérieusement, je lui dirais que si l’envie est là, il faut l’exploiter. C’est horrible de vivre avec des regrets.

Par quel biais peut-on se procurer tes romans ?

Laetitia : Le tome 1 de Toy Boys étant publié en maison d’édition, on peut le trouver sur les plateformes d’achats en ligne et sur commande en librairie. Pour mes livres autoédités, les brochés sont disponibles sur Amazon et ma boutique en ligne, les ebooks sur toutes les plateformes de téléchargement légal.

Si une personne cherche à te contacter, par quel biais peut-elle le faire ?

Laetitia : Je suis plutôt disponible et assez réactive sur mes réseaux sociaux (Instagram en priorité). Sinon, il y a aussi mon site internet laetitiadezelles.com où on peut me contacter par mail ou s’inscrire à ma newsletter.

Parle nous de ton projet d’écriture en cours et ceux à venir ?

Laetitia : Comme dit plus haut, je travaille actuellement sur ma romance de Noël, tout en débutant le travail de chronologie du spin off de Toy Boys. J’ai également un roman contemporain féminin en route. Puis plein d’autres projets qui attendent gentiment dans mon carnet à idées.

Et pour terminer peux-tu nous parler de ta romance de noël, en quelques lignes ?

Laetitia : C’est l’histoire de Krystal, romancière, qui forme un couple factice avec Niels, son meilleur ami et chanteur populaire. Cette couverture, imposée par la maison de disques de Niels, leur est utile à tous les deux. Jusqu’au jour où Krystal retrouve un ami perdu de vue, lors d’une émission de télévision. On devine donc qu’il s’agit d’un faux triangle amoureux plein d’humour, de tendresse, de situations délicates… et de chocolat !

Eh bien, je te remercie d’avoir bien voulu répondre à mes questions, je tiens à te dire que tu m’as permis de reprendre confiance en moi et je ne te remercierais jamais assez.

Laetitia : (sourire idiot sur les lèvres, car la fille ne sait pas recevoir les compliments) C’est avec un grand plaisir. Et merci à toi de mettre mes bébés et mon travail en avant.

Je m’adresse maintenant à vous, si ce n’est pas déjà fait, abonnez-vous à sa newsletter sur son site internet et à son compte instagram. Elle partage avec vous son avancée sur l’écriture en cours de ses romans mais aussi sur ses futurs projets, sur des sujets qui peuvent vous intéresser lors de ses vidéos déculpabilisantes

A très vite…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s